La place des expatriés dans le "nouveau" Hong Kong



Publié le 2021-05-31 12:07:01
Business photo created by lifeforstock - www.freepik.com

Le paysage politique en évolution rapide à Hong Kong a incité de nombreux expatriés à reconsidérer cette destination d'expatriation. Les changements récents des lois locales ont eu un impact négatif durable sur la réputation de Hong Kong en tant que puissance financière mondiale.

Les récents changement à Hong Kong

En juillet 2020, le Parti communiste chinois (PCC) a imposé de nouvelles réglementations appelées loi sur la sécurité nationale (NSL) à Hong Kong ce qui a déclenché manifestations, émeutes et violences. Les conséquences sont nombreuses :

  • Environ 40% des expatriés envisagent de quitter Hong Kong, selon une enquête menée par la Chambre de commerce américaine (AmCham). Il y avait 325 répondants à l'enquête qui étaient tous membres de l'AmCham et elle a été menée au début du mois de mai. 15% prévoyaient de partir d'ici la fin de cette année, 10% dès l'été et jusqu'à 3% envisageaient, dès à présent de couper définitivement les liens avec Hong Kong. Au final, près de la moitié de tous les répondants ont déclaré qu'ils partiraient certainement dans les prochaines années.
  • La majorité de ceux qui partent s'inquiètent des lois sur la sécurité nationale et de la façon dont l'éducation de leurs enfants sera affectée à long terme. Une opération récemment lancée par le gouvernement pour s'assurer que tous les enfants du secondaire sont pleinement informés des lois du pays a déclenché une cascade de critiques de la part de l'opposition politique. Les écoles sont désormais chargées de veiller à ce que leurs élèves comprennent que «le maintien de la sécurité nationale relève de la responsabilité constitutionnelle de la région administrative spéciale de Hong Kong». Cela a conduit de nombreuses personnalités critiques à être emprisonnées pour dissidence.
  • Bien que les représentants du gouvernement affirment qu'aucun droit et aucune liberté n'ont été affectés par la nouvelle loi, il y a eu de nombreuses arrestations de membres de l'opposition.
  • Les États-Unis et le Royaume-Uni ont tous deux exprimé leur inquiétude face aux développements en cours à Hong Kong.
  • Les économistes locaux craignent qu'un exode massif d'expatriés ne change à jamais le paysage de Hong Kong.
  • Un grand nombre de répondants à l'enquête AmCham considèrent Singapour, Bangkok, Taiwan et Taipei comme des destinations alternatives après leur départ de Hong Kong. Singapour est un favori en raison de ses activités concurrentielles et de ses similitudes financières avec Hong Kong.
  • Ce ne sont pas seulement les problèmes politiques de Hong Kong qui poussent les expatriés à se tourner vers des rivages alternatifs. La gestion de la pandémie par Hong Kong a également suscité un malaise et une désapprobation. 49% des personnes interrogées ont cité la crise du COVID-19 comme une raison de partir, ainsi que la difficulté des voyages internationaux et des règles de quarantaine strictes à Hong Kong.
  • Selon l'Asia Times, certains répondants à l'enquête AmCham ont également déclaré avoir détecté un sentiment anti-étranger croissant, en particulier envers les Caucasiens et les Chinois non ethniques. Ils affirment que cela a été de plus en plus exposé dans les médias et dans les déclarations officielles.
  • Certains répondants ont également constaté une baisse à long terme des opportunités de carrière pour les étrangers.
  • D'autres expatriés de Hong Kong ont également évoqué une peur croissante de restrictions sur la liberté d'expression sous la NSL. Ils ont affirmé que les lignes sont maintenant floues sur les points de vue que vous pouvez exprimer librement et les conséquences que cela peut avoir.
  • En octobre 2020, à la suite des émeutes et des violences, le nombre de permis de travail pour les étrangers a chuté - selon le South China Morning Post. L'article expliquait ce faible chiffre par la rareté des emplois due à la crise économique pandémique plutôt qu'au climat politique de Hong Kong. Cependant, à peu près au même moment, le Wall Street Journal a cité les troubles politiques croissants comme la raison du départ des expatriés.
  • Les Néo-zélandais ne sont que quelques-uns des nombreux expatriés à Hong Kong qui ont décidé de faire leurs valises et de chercher d'autres rivages plus amicaux, selon la NZ Society of Hong Kong.
  • Même les expatriés de longue date, comme ceux qui y vivent depuis plus de vingt ans, envisagent de mettre fin à leur séjour à Hong Kong dans un environnement politique en évolution rapide. Ils ont peur pour leurs libertés qui sont de plus en plus restreintes.

Un peu de contexte historique

Hong Kong a été officiellement remis par les Britanniques au gouvernement chinois en 1997, à la condition que Hong Kong maintienne sa structure capitaliste et soit gouvernée différemment de la Chine continentale pendant les cinquante prochaines années.

La vie dans les premières dizaines d'années après le transfert s'est déroulée comme auparavant, jusqu'à ce que la loi sur la sécurité nationale (NSL) soit introduite et appliquée. On voit maintenant que le gouvernement chinois contrevient à cet accord et empiète de plus en plus sur la statut de Hong Kong, en particulier lorsqu'il a décidé d'instaurer un projet de loi très controversé sur l'extradition : les criminels seraient jugés en Chine continentale plutôt qu'à Hong Kong.

Ce fut l'étincelle qui déclencha les premières manifestations violentes.

Que pense le gouvernement?

En réponse à l'enquête AmCham, le secrétaire au commerce de Hong Kong a déclaré que le statut de l'enclave n'avait pas du tout changé et qu'il accueillait toujours des entreprises étrangères sur ses rives.

Il a réitéré que la ville était toujours très attrayante pour les entreprises internationales qui y ont leur siège. Il a affirmé que d'autres enquêtes montrent que le nombre d'entreprises internationales ayant leur siège social à Hong Kong est resté stable au cours des dernières années.

Il a également déclaré que ceux qui choisissent de rester comprennent l'obligation du gouvernement chinois de rétablir la stabilité à Hong Kong après les troubles de 2019.

Choix des expatriés

Les étrangers représentent une grande partie de la population totale de Hong Kong et sont employés dans divers secteurs - financier, aviation, éducation et un grand nombre de travailleurs domestiques provenant souvent d'autres régions asiatiques.

Aussi il est compréhensible que la présence de la police anti-émeute sur votre trajet quotidien pour vous rendre au travail ou à l'école, et l'incertitude de ce qui pourrait arriver, peut inciter quiconque à repenser sa vie à Hong Kong. Les enfants témoins de blocus de la police et d'émeutes violentes dans leur environnement familier seront certainement affectés..

L'évolution semble claire pour de nombreux expatriés et il y a un changement inévitable à Hong Kong. La question de savoir s'il faut partir ou rester dépendra de votre situation personnelle et de ce avec quoi vous êtes à l'aise.

  • Consultez notre guide de l'expatriation pour vivre à Hong Kong. Avec 50 articles informatifs, ce guide complet pour les expatriés à Hong Kong, vous aidera à vous installer dans la ville chinoise.

Partagez votre expérience, participez à la discussion et laissez des commentaires sur notre forum ICI.


Facebook Twitter LinkedIn Pinterest WhatsApp Addthis

Rubrique:
Lifestyle

Auteur: KashGo
Expat Mum in the Desert...
Outils:


Pour les autres discussions, avis, questions, opinions, rencontres, etc...: merci d'utiliser le forum.


Plus d'articles