Les difficultés de mobilité pour les expatriés pendant la pandémie



Publié le 2021-06-02 15:47:27
 Photo by Michael Morse from Pexels

Alors que les frontières se sont fermées et que des restrictions de voyage ont été imposées partout dans le monde, la pandémie a contraint de nombreux expatriés à modifier leurs plans à long terme. Certains d'entre eux sont retournés dans leur pays d'origine, tandis que d'autres ont dû rester à l'étranger, même contre leur gré.

Le confinement a poussé les expatriés à acheter des propriétés dans leur pays d'origine

Pour de nombreuses personnes à la recherche d'une vie meilleure, l'attrait d'une vie rêvée d'expatrié s'est estompée ; ils ont choisi de rentrer chez eux en raison des retombées de la pandémie de coronavirus. Qu'ils soient en Irlande, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis ou en Allemagne, les travailleurs expatriés ont repensé leurs conditions de vie. Mais qu'il soit facultatif ou non désiré, le rapatriement peut être une expérience difficile.

Dans une enquête auprès de sa clientèle mondiale, Knight Frank a constaté que 64% des expatriés ont déclaré que le confinement avait influencé leur décision d'acheter une propriété dans leur pays d'origine. Parmi ceux-ci, environ 29% ont indiqué qu'ils retournaient dans leur pays à temps plein, 57% recherchant un logement qu'ils pourraient utiliser à l'avenir.

Pour les expatriés avec des parents plus âgés au pays ou de jeunes enfants qui devaient séjourner en pensionnat à l'étranger, la pandémie a obligé beaucoup à repenser leurs plans à long terme. Selon l'enquête Knight Frank, les quatre principaux moteurs des expatriés cherchant à rentrer chez eux sont : être proche de la famille, une nouvelle offre d'emploi, un meilleur système pour l'éducation et la santé, comme nous le découvrons dans un article du Financial Times.

En Nouvelle-Zélande, les émigrants reviennent depuis un certain temps déjà. Juillet 2020 a été le 12e mois consécutif ayant enregistré un gain net de citoyens néo-zélandais, selon les statistiques officielles. Il s'agit d'un renversement de la tendance historique, qui tendait à voir plus de citoyens néo-zélandais partir qu'arriver.

L'Irlande est un autre pays avec le retour d'un grand nombre de citoyens. Les chiffres du Central Statistics Office montrent que 28 900 ressortissants irlandais sont retournés au payx pour y vivre et travailler jusqu'en avril 2020 – le nombre le plus élevé en 13 ans. Le ministère des Affaires étrangères a répondu à environ 8 000 demandes d'Irlandais à l'étranger cherchant à rentrer entre mars et septembre 2020. Selon le bureau irlandais de Knight Frank, 10 % des ventes de maisons neuves à Dublin ont été destinées à des expatriés de retour.

Le retour à la maison peut être difficile pour les expatriés, même s'il est volontaire. Aussi,dans cette situation particulière, être préparé mentalement et financièrement facilite l'ensemble du processus de rapatriement.

Oxford Economics estime que 10 % des résidents des Émirats arabes unis pourraient partir si des emplois sont supprimés alors qu'à Singapour, l'augmentation du chômage a conduit le gouvernement à encourager l'embauche locale, notamment en augmentant le salaire mensuel minimum pour être éligible à un laissez-passer pour étranger à 3,900 SGD (2400 €) alors qu'il était auparavant de 3,600 SGD (2,200 €).

En 2020, Vivian Balakrishnan, la ministre singapourienne des Affaires étrangères, a déclaré :

« La raison unique pour laquelle nous avons des étrangers ici est la possibilité d'apporter un souffle supplémentaire dans nos voiles lorsque l'occasion se présente. Actuellement, nous sommes dans une tempête et nous devons donc jeter du lest. »

En 2016, Hong Kong comptait environ 690 000 expatriés, soit environ 9,5% de sa population, selon les données du recensement. Mais après la montée des tensions politiques entre les États-Unis et la Chine, et les manifestations causés par le projet de loi controversé d'extradition vers la Chine ainsi que la nouvelle loi sur la sécurité, les retombées économiques de Covid-19 ont été le "dernier coup" pour les expatriés qui envisageaient déjà de partir, déclare Simon Smith , directeur principal chez Savills Asia & Pacific Research.

Il existe des difficultés pratiques lors du retour, telles que l'installation dans un nouveau logement sans pouvoir ouvrir un compte bancaire, l'absence d'historique de crédit et l'absence d'un justificatif de domicile pour demander des services. Il existe certaines installations qui permettent aux gens de se sentir les bienvenus lorsqu'ils déménagent à l'étranger, comme les groupes sociaux ou les écoles internationales, mais lorsqu'ils rentrent chez eux, beaucoup se sentent moins bien accueillis et le processus d'adaptation peut être beaucoup plus difficile.

Bloqué dans leur pays d'origine, ou dans leur pays d'accueil

Les médias ont relayé certains cas de citoyens bloqués, comme un Australien et sa femme à Houston, au Texas, qui ont déclaré qu'ils voulaient désespérément rentrer chez eux à Melbourne après l'annulation de leur vol il y a plus d'un an, ou quelques centaines de festivaliers. qui avait été bloqué dans un festival de plage au Panama.

Certains expatriés ont demandé de l'aide pour retourner aux Émirats arabes unis, car ils étaient bloqués chez eux en raison des restrictions de voyage liées au COVID-19, avec leurs familles séparées et des emplois et des entreprises en jeu, ainsi que le rapporte Golf News dans son article. Plusieurs expatriés ont écrit à Gulf News pour faire entendre leur espoir que les autorités lèvent les restrictions d'entrée pour les résidents, en particulier ceux qui sont complètement vaccinés.

Pendant ce temps, l'ambassade d'Inde à Abou Dhabi a déclaré qu'elle avait soulevé auprès des autorités des Émirats arabes unis les difficultés de voyage des expatriés indiens restés en Inde, afin de tenter de résoudre la situation. Ces résidents des Émirats arabes unis, mais qui ne peuvent revenir au Moyen Orient pour le moment, ont exprimé diverses préoccupations, notamment des inquiétudes concernant la perte d'emploi, des difficultés à payer les factures et à renouveler les contrats de location aux Émirats arabes unis et certains manquent également leur deuxième dose de vaccination.

Certains résidents, qui avaient voyagé hors des Émirats arabes unis il y a quelques mois, craignent de dépasser la période de six mois hors du pays, après laquelle leurs visas deviendront automatiquement invalides.

L'Organisation internationale pour les migrations a publié une note concernant le Covid19 et les migrants bloqués, où sont donnés quelques exemples :

  • En Afrique de l'Ouest et du Centre, plus de 25 000 personnes, y compris des migrants hébergés dans des centres de transit et d'autres migrants bloqués, n'ont d'autre choix que d'attendre la réouverture des frontières.
  • Les travailleurs migrants, qui constituent une partie importante de la population de certains États du Golfe, sont touchés de manière disproportionnée, en particulier dans les cas où ces Etats empêchent le retour de citoyens de la région comme le Népal et l'Inde.
  • Des centaines de migrants sont également bloqués à la frontière chilienne et bolivienne, ainsi que plus de 2 000 migrants bloqués aux frontières sud et nord du Panama.
  • En Europe du Sud-Est, en Europe de l'Est et en Asie centrale, des milliers de migrants sont bloqués, que ce soit en Asie centrale, dans les Balkans occidentaux ou dans le Caucase pour n'en citer que quelques-uns.

L'OIM demande aux gouvernements et à la société civile de continuer à faire des efforts pour aider ceux qui sont bloqués à cause de la pandémie, et invite les institutions nationales à lutter contre ce phénomène, en coopérant avec les agences des Nations Unies, pour garantir leur protection et leur assistance et encourager la recherche de solutions à la situation des migrants bloqués.

Cela n'est facile pour personne, et les expatriés sont l'une des catégories les plus vulnérables. Dans une enquête mondiale, l'assureur international William Russell a montré que plus d'un tiers des expatriés estiment que leur santé mentale s'est détériorée pendant la pandémie.

Espérons que les difficultés liées à la pandémie continueront à se réduire et que les restrictions de voyage disparaitront bientôt pour tout le monde.


Partagez votre expérience, participez à la discussion et laissez des commentaires sur notre forum ICI.


Facebook Twitter LinkedIn Pinterest WhatsApp Addthis

Rubrique:
Déménagement

Auteur: Oana Tamas
I am passionate about life. Nature, people, art and everything that is making its magic on this beautiful planet, is worth our attention. I believe that communication is the key of life and wellbeing.
Outils:


Pour les autres discussions, avis, questions, opinions, rencontres, etc...: merci d'utiliser le forum.


Plus d'articles