Entretien: Une Franco-Canadienne expatriée propose un service d'accompagnement scolaire en ligne



Publié le 2021-05-17 08:40:08
Eugénie : session orthopédagogie en ligne

Eugénie, franco-canadienne, nous parle de son expérience d'expatriée, de sa vie actuelle au Japon, de son vécu avec la pandémie de Covid, de son activité de téléorthopédagogie et de sa société AIDEOR.

Je m'appelle Eugénie Pettigrew-Leydier. Je suis Française, par ma mère et Canadienne, par mon père. J'ai grandi à Québec jusqu'à mes 23 ans, année de l'obtention de mon diplôme universitaire, me permettant de pratiquer l'orthopédagogie. J'habite maintenant à Tokyo, au Japon.

Pourquoi es-tu partie à l'étranger ? Toi et ta famille vivez maintenant à Tokyo, comment êtes-vous arrivés là ?
Je suis partie du Québec, en 2012, pour explorer les autres pratiques en éducation qui se font à l'étranger. Je suis premièrement allée en France, où j'ai pu me familiariser avec le système scolaire français. Ensuite, je suis allée en Australie, au Paraguay et aux Philippines pour travailler dans les Lycées français. Je suis à Tokyo depuis janvier 2021, pour fuir les restrictions liées au COVID qui sont très importantes aux Philippines.

Comment avez-vous été touchés par la crise du Covid-19 ?
Mes proches et moi sommes en santé et avons gardé nos emplois, donc nous nous considérons privilégiés. Par contre, en habitant aux Philippines, nous avons vécu un dur et long confinement : j'étais enceinte d'un deuxième enfant, donc je ne pouvais pas sortir de la maison et les jeunes de moins de 18 ans ne sont pas autorisés à sortir non plus. Ma fille d'un an, en mars 2020, n'a plus vu ni d'enfant ni de parc. C'était une période très triste de la voir isolée ainsi.

Quelles ont été les consignes mises en place aux Philippines? Et à Tokyo ?
À la mi-mars 2020, les frontières des Philippines ont été fermées, de même pour les écoles et plusieurs milieux de l'emploi. La consigne était de rester à la maison pour éviter les risques de contamination. Très tôt, le port du masque a été obligatoire. Ensuite, le port de la visière a été exigé. Les personnes vulnérables (personnes de moins de 18 ans et de plus de 65 ans, ainsi que les femmes enceintes et les personnes handicapées) devaient rester à la maison. Plus d'un an plus tard, les mêmes consignes sont toujours en vigueur aux Philippines.

Sur Tokyo, les restrictions liées au COVID sont présentes, mais l’hygiène et le respect d’autrui sont tellement d’une grande importance que la population porte le masque sans aucun problème. Les restaurants sont ouverts, les transports en commun fonctionnent, les écoles sont ouvertes, les citoyens continuent d’aller au parc et de faire des activités (aquarium, musée, etc.) Nous retrouvons une qualité de vie !

Comment gères tu ta famille à Tokyo, les enfants, l'école à distance ou en présentiel ?
Je travaille à horaire très flexible ; je m'occupe de ma petite de 8 mois et me place à l'écran lors de ses siestes. Ma plus grande de 2 ans va dans une école Montessori tous les jours. Mon conjoint fait du télétravail et sa grande fille de 16 ans fait de l'école à distance, tous deux sur le fuseau horaire des Philippines. Nous nous retrouvons donc à quatre pour manger le midi !

Quelle est ton occupation principale/emploi ?
Je suis orthopédagogue, c'est-à-dire que j'aide les élèves qui ont un trouble d'apprentissage ou non à atteindre un épanouissement scolaire ; je préviens, j'évalue et j'interviens. Depuis 2018, je fais de la téléorthopédagogie, c'est-à-dire que j'exerce la profession par le biais des outils technologiques, à distance. J'utilise des techniques fondées sur la recherche et les formations, afin de permettre aux élèves de développer et/ou d'appliquer des stratégies compensatoires, les menant à la réussite éducative.

Comment as-tu été amenée à t'intéresser aux troubles d'apprentissage ?
Dans ma famille proche, la dyslexie est présente et j'ai toujours aimé aider autrui. J'ai aussi toujours été fascinée par ce que les troubles d'apprentissage permettent de développer chez les gens ; un pouvoir particulier et une vision de la vie sous un autre ange. Je considère que les troubles d'apprentissage sont intrigants et j'ai rédigé plusieurs travaux de recherche au CEGEP sur cette thématique, avant de me diriger à l'université pour en apprendre davantage.

J'ai toujours trouvé un côté "plus intéressant" chez les élèves qui ont un trouble d'apprentissage, étant donné que plusieurs défis sont à relever et que la diversité est infinie. Le moment où l'on voit un éclair de compréhension, dans les yeux d'un élève qui ne comprenait vraiment pas une notion, est magique et n'a pas de prix.

Dès l'âge de 10 ans, je répondais que je serais orthopédagogue, lorsqu'on me demandait le métier que je voudrais faire quand je serais grande!

Eugenie téléorthopédagogie et manipulation - Crédit: Aideor

Qu'est ce qui t'as amenée à créer ton entreprise ?
J’ai créé AIDEOR en 2018, à Singapour, pour permettre aux élèves francophones, qui sont à l’étranger, de bénéficier d’un accompagnement scolaire qui est : adapté à leurs besoins, régulier, fiable, durable, de qualité avec des professionnels, et à l’international pour favoriser une égalité des chances de chacun, peu importe le contexte familial et le lieu d’habitation et de scolarisation.

Comme il est dit dans son nom, la mission est d’aider les élèves, les parents et les enseignants, en offrant des services en or. De ce fait, peu importe le pays d’expatriation et la langue locale, je voulais que l’intervenant reste un repère qui suit l’élève virtuellement. Je cherchais à ce qu’AIDEOR suive l’évolution des intérêts de l’ère actuelle ; toutes ses interventions se font à distance. Plusieurs avantages sont reconnus : économie sur le temps de transport, confort de la maison, motivation de l’utilisation des outils technologiques, possibilité d’enregistrement de la session pour revoir des notions expliquées, accessibilité à des intervenants qui ont une formation de qualité, etc. Cette vision prend encore plus son sens avec COVID.

Je souhaitais également qu’AIDEOR fasse « voyager » l’orthopédagogie, en lui permettant de rayonner à l’international et ainsi, de répandre ses bienfaits dans le système scolaire français. Pour vous résumer la profession de l’orthopédagogie, je dirais que l’enfant est pris dans sa globalité et qu’il est amené à développer sa métacognition. Les interventions orthopédagogiques sont inscrites dans une dimension ludique et ré-éducative, en français (lecture et écriture), en mathématique et sur l’utilisation des fonctions exécutives, et basée sur des recherches et des formations (techniques spécifiques). Les apprenants manipulent, au travers de l’écran, et utilisent des outils digitaux interactifs. Une collaboration est installée entre les différents intervenants.

Il n’est aucunement question de «récupération scolaire» ou «d’aide aux devoirs» : c’est ce que je tenais à partager, à l’étranger. Avec AIDEOR, j’ai évité le sentiment d’isolement, en me liant professionnellement avec d’autres orthopédagogues, qui souhaitent pratiquer à horaire flexible, en jonglant selon les fuseaux horaires.

La téléorthopédagogie est donc née, dès 2018 quoi qu’elle était très peu connue. Maintenant, et particulièrement avec la pandémie, AIDEOR offre des services variés qui permettent aux élèves avec des difficultés scolaires, des troubles d’apprentissage ou non, d’avoir un accompagnement les menant à vers l’épanouissement scolaire.

En quoi consiste le service proposé par AIDEOR ?
AIDEOR permet aux élèves francophones, qui sont à l'étranger, de bénéficier d'un accompagnement scolaire qui est : adapté à leurs besoins, régulier, fiable, durable et à l'international. Comme il est dit dans son nom, la mission est d'aider les élèves, les parents et les enseignants, en offrant des services en or. De ce fait, peu importe le pays d'expatriation et la langue locale, l'intervenant reste un repère qui suit l'élève virtuellement.

AIDEOR offre également des services complémentaires, comme des cours de français pour les élèves non-francophones scolarisés dans le système scolaire français, pour les élèves du collège et du Lycée qui ont des examens standardisé (Brevet et Bac), pour les élèves francophones scolarisés dans le système anglophone (améliorer l'écriture) et pour les élèves qui font le Bac International en français (initio, SL, HL).

A qui est destiné AIDEOR ? Primaire, Collège, Lycée? Matières?
AIDEOR s'adresse aux élèves entre 6 et 18 ans, qui suivent le programme du système français ou de l'école québécoise. En orthopédagogie, l'enfant est pris dans sa globalité et est amené à développer sa métacognition. Les interventions sont inscrites dans une dimension ludique et rééducative, en français (lecture et écriture), en mathématique et sur l'utilisation des fonctions exécutives. Les apprenants manipulent, au travers de l'écran, et utilisent des outils digitaux interactifs. Une collaboration est installée entre les différents intervenants. Il n'est aucunement question de « récupération scolaire » ou « d'aide aux devoirs ».

Comment s'organise l'accompagnement scolaire ? Peux-tu donner un exemple type ou des exemples ?
Les parents contactent AIDEOR pour avoir une première rencontre. J'écoute les besoins et j'oriente l'élève vers une orthopédagogue ou un enseignant de français, selon la situation présentée. L'élève a une ou des rencontres hebdomadaires, jusqu'à interruption du suivi, lorsque des progrès suffisants sont notés.

Il peut s'agir d'un élève qui a des difficultés à lire, en deuxième année du primaire (CE1). En téléorthopédagogie, nous ferons des activités dynamiques, variées et créatives, qui lui permettront de se réconcilier avec le langage écrit, de reprendre confiance en lui et de lire de manière plus fluide.

Tu as remporté le prix du Public des Trophées des Français de l'étranger 2021. Comment cela s'est-il passé?
Effectivement, c'était une très belle surprise ! Début janvier 2021, il fallait envoyer une longue rédaction de 1000 mots pour chaque partie : mon parcours professionnel et en quoi mon projet est exceptionnel. J'ai été sélectionnée parmi les finalistes du Prix Public. Il a ensuite fallu attendre une semaine que le public vote pour le projet de son choix ; j'ai été nominée la Lauréate début février.

Un Webinaire est organisé le 27 mai 2021 à 13h (heure de France), afin de faire connaître AIDEOR aux familles expatriées. Pour s'inscrire, cliquez ICI

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest WhatsApp Addthis

Rubrique:
Entretiens

Auteur: Cyrilexpat
Living abroad for over 20 years...
Outils:


Pour les autres discussions, avis, questions, opinions, rencontres, etc...: merci d'utiliser le forum.


Plus d'articles