Le Moyen-Orient est-il toujours une destination choyée pour les expatriés ?



Publié le 2021-04-01 15:19:58
Image by Paule_Knete from Pixabay

De nombreux expatriés ayant élu domicile au Moyen-Orient ont dû ré-examiner leurs options en 2020 après l'annonce de la pandémie et la perte de nombreux emplois. Une majorité d'expatriés au Moyen-Orient n'ont que le statut de résident, ce qui ne leur laisse aucun avantage social qui aurait pu les aider au pire de la pandémie. Des dizaines de personnes ont vu leurs rêves d'expatriés brisés et ont dû élaborer des projets alternatifs à la hâte. Les expatriés touchés comprenaient aussi bien les professionnels hautement qualifiés que les travailleurs manuels qui ont été également affectés en termes de perte d'emploi et de rapatriement.

Les Émirats arabes unis

Les Émirats arabes unis devraient perdre 10% de leurs expatriés après la déclaration de la pandémie de coronavirus et tous les secteurs de l'économie ont été durement touchés. En octobre 2020, la BBC a rapporté qu'une société de conseil basée au Royaume-Uni appelée Oxford Economics, estimait que plus de 900 000 emplois pourraient être perdus en raison de la Covid-19. Les travailleurs étrangers représentent 90% de la population totale et travaillent principalement dans les secteurs les plus durement touchés par la pandémie - les secteurs de l'hôtellerie, des voyages, de l'éducation et du luxe.

Les entreprises réduisent et gèlent de nombreux postes même si elles ont besoin de plus de personnel. En parallèle, l'activité de recrutement a chuté de moitié par rapport à 2019, a rapporté le magazine ArabNews. Cela est vrai pour la plupart des secteurs, sauf peut-être pour le secteur médical où le recrutement a été augmenté en réponse à la Covid-19.

Ces expatriés avaient l'intention à long terme de rester aux EAU et beaucoup avaient leur famille vivant avec eux. Des travailleurs étrangers ont été rapatriés lorsque des émirats comme Dubaï et Abu Dhabi ont affrété des avions pour ramener les gens chez eux quand les vols commerciaux habituels ont été interrompus.

Plus récemment, Dubaï et certains autres émirats qui dépendent fortement du tourisme ont commencé à attirer temporairement les touristes sur leurs côtes en diminuant les périodes de quarantaine, en proposant des offres hôtelières spéciales, etc. Cela pourrait lentement commencer à relancer l'industrie hôtelière, notamment en préservant les emplois dans ce secteur.

Le Koweit

Le Koweït a été plus agressif dans la réduction de son nombre d'expatriés avant même la pandémie. L'année dernière, en juillet, l'Assemblée nationale du Koweït a adopté un projet de loi visant à introduire un système de quotas basé sur la nationalité, dans le but de faire passer la proportion d'expatriés de 70% à 30% de sa population .

On s'attend à ce que les chiffres montrent, à la fin de l'année dernière, qu'environ un million et demi d'expatriés quittent le Koweït en raison de la crise économique, selon Arab News.

Après la pandémie, le Koweït ne sera peut-être plus une destination souhaitable pour les travailleurs étrangers, sauf peut-être pour ces quelques personnes hautement qualifiées qui occupent des postes qui ne peuvent être occupés par les locaux. Ces emplois seront aussi très probablement uniquement dans le secteur privé plutôt que dans celui du public.

L'Arabie Saoudite

Le Royaume d'Arabie Saoudite (KSA) est l'un des plus grands pays du Moyen-Orient et abrite la troisième plus grande population de migrants au monde. Le magazine Arab News a écrit que l'Arabie saoudite verrait environ 1,2 million de travailleurs expatriés quitter le pays d'ici peu. Ainsi, au cours du seul troisième trimestre de 2020, plus de 250 000 travailleurs étrangers ont quitté l'Arabie Saoudite, conformément à ces prévisions.

Les travailleurs moins qualifiés ont été davantage touchés car les salaires ont été réduits jusqu'à 40% et un programme d'austérité a été introduit pour contrer les effets sur l'économie de la pandémie. Les mesures comprenaient également l'augmentation de la TVA, ce qui rendait automatiquement plus difficile la vie dans le pays pour les biens de consommation courante. Le gouvernement a également permis aux entreprises de résilier des contrats pour compenser le ralentissement économique.

L'avantage du Moyen Orient

Vaccination importante

Le déploiements massifs de vaccins dans la majeure partie du Moyen-Orient a été une lueur d'espoir pour ceux qui restent dans cette partie du monde. Selon les dernières nouvelles, le vaccin chinois Sinopharm est en train d'établir une ligne de production aux EAU, ce qui rendra la disponibilité de ce vaccin encore plus élevée dans la région. Les pays du Moyen-Orient ont également rapidement mis en œuvre des mesures rigoureuses pour freiner la propagation du virus, minimisant ainsi les effets de Covid-19 sur leurs populations et leurs économies, comme la fermeture d'écoles et de lieux de divertissement publics. Ces mesures ont maintenu les taux d'infection à un niveau relativement bas par rapport au reste du monde.

Les entreprises, les investisseurs et les touristes considèrent les vaccinations à grande échelle comme une étape positive pour relancer l'économie de cette région. Cela renforce la confiance et crée plus d'emplois.

Travail à distance possible

Tous les emplois n'ont pas été menacés. Dans la mesure du possible, les entreprises ont opté pour diverses plates-formes en ligne pour continuer à fonctionner et ont restructuré pour s'adapter à ce nouveau mode de travail. Des entreprises comme celles du secteur de la santé et de l'éducation ont pu faire la transition vers ce nouvel espace en ligne de manière relativement transparente après quelques obstacles initiaux. Là où le travail à distance n'était pas possible, le personnel était encouragé à travailler sur la base de rotations afin de réduire les contacts de personne à personne.

Mesures gouvernementales

Certains pays, comme les Émirats Arabes Unis, ont lancé des initiatives pour stimuler l'économie en prolongeant l'admissibilité au visa de 10 ans. Dans une autre initiative visant à attirer les étrangers sur ses rives sablonneuses, Dubaï a récemment introduit un «visa de retraité» pour les personnes à fort revenu de plus de 55 ans.

Le gouvernement de Bahreïn a annoncé un plan de relance massif pour aider le secteur privé à éviter des pertes d'emplois massives, ce qui a immédiatement eu un impact positif sur les travailleurs expatriés.

Parmi d'autres mesures prises pour minimiser l'impact économique du virus on note la réduction des frais gouvernementaux, les reports de remboursement des prêts, l'annulation des factures de services publics pendant une période, etc.

La brillante vie de l'expatrié au Moyen-Orient avant Covid ne reviendra probablement jamais auniveau d'avant. Malgré toutes les dispositions prises, le coût total de Covid-19 sera principalement supporté par le secteur utilisant la main-d'œuvre expatrié. Avec la liberté de voyager restreinte et de grands progrès dans cette région vers la nationalisation de la main-d'œuvre, les expatriés devraient être contraints, à l'avenir, de choisir d'autres destinations pour travailler.


Partagez votre expérience, participez à la discussion et laissez des commentaires sur notre forum ICI.

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest WhatsApp Addthis

Rubrique:
Actualités

Auteur: KashGo
Expat Mum in the Desert...
Outils:


Pour les autres discussions, avis, questions, opinions, rencontres, etc...: merci d'utiliser le forum.


Plus d'articles