Comment fonctionnent les retraites après le Brexit



Publié le 2021-02-15 13:46:19
People photo created by shurkin_son - www.freepik.com

L'accord de dernière minute négocié pour le Brexit contient une section consacrée à la coopération en matière de sécurité sociale. Peu de choses changent en ce qui concerne les règles pour percevoir une pension en Europe à partir de 2021. Toutefois certains expatriés pourraient rencontrer des difficultés pour garder leurs comptes bancaires.

Jusqu'aux derniers jours de 2020, toute l'Europe a retenu son souffle : y aura-t-il un accord pour Noël ? Un non-accord aurait signifié non seulement une perturbation majeure du commerce et de l'approvisionnement au sein du continent européen, mais aussi une catastrophe pour de nombreux expatriés qui comptent sur les accords de sécurité sociale pour leur retraite (actuelle ou future) et leurs soins de santé.

Après des années de négociations approfondies entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, un accord a finalement été conclu le 24 décembre 2020. Cet accord de 1500 pages couvre la future relation entre le Royaume-Uni et l'UE en termes de marchandises (commerce), pêche, transport, mouvements de capitaux, énergie, mais aussi règlement des différends, échange d'informations et règles de coopération. Un protocole spécifique est joint concernant la coordination de la sécurité sociale. Il couvre les prestations de maladie et de maternité, ainsi qu'une grande partie consacrée aux prestations de vieillesse et de retraite.

Comment fonctionne la retraite dans l'Union européenne

Les règles européennes assurent la coordination entre les différentes organisations de sécurité sociale pour les droits à pension européens. Vous pouvez bénéficier de cette coordination si vous êtes citoyen de l'Espace économique européen (EEE: Union européenne + Norvège, Islande, Liechtenstein et Suisse). L'âge auquel vous pouvez demander votre pension dépend du pays dans lequel vous vivez et qui sera en charge du règlement de la pension. Les différentes périodes pendant lesquelles vous avez travaillé dans différents États membres de l'UE seront ajoutées pour calculer la période totale que vous avez travaillée, mais chaque institution où vous avez cotisé calculera le montant à payer en fonction:

  1. sa législation (pension nationale)
  2. en additionnant toutes les périodes de travail dans tous les États membres et en calculant proportionnellement au temps passé dans l'État.

Vous pouvez consulter notre FAQ Expat pour plus de détails.

La règle s'applique à la période travaillée au Royaume-Uni jusqu'au 31 décembre 2020.

Comment la pension est-elle calculée après le Brexit

Jusqu'à la fin de l'année dernière, vos périodes de travail en Europe sont prises en compte pour la pension britannique et vice-versa. Mais que se passe-t-il depuis le 1er janvier 2021? Une réponse courte est: les mêmes règles s'appliquent. Le calcul de la pension d'une personne ayant travaillé dans différents pays de l'UE se fera en tenant compte des cotisations versées au fonds de pension du pays de résidence, ainsi que de la durée et du montant des cotisations versées dans les autres pays où le pensionné a travaillé. En d'autres termes, toutes les périodes de travail dans n'importe quel pays de l'UE sont prises en compte.

Voici un extrait de l'Accord sur les pensions:

Sauf disposition contraire du présent Protocole, l'institution compétente d'un État tient compte, dans la mesure nécessaire, des périodes d'assurance, d'emploi, de travail indépendant ou de résidence accomplies sous la législation de tout autre État comme s'il s'agissait de périodes accomplies sous la législation qu'elle applique, lorsque sa législation conditionne l'accomplissement de périodes d'assurance, d'emploi, de travail indépendant ou de résidence:

  • l'acquisition, la conservation, la durée ou le recouvrement du droit aux prestations;
  • la couverture par la législation;
  • l'accès à ou l'exemption d'une assurance obligatoire, facultative continuée ou volontaire

Par conséquent, le nouveau type de calcul des pensions est similaire à ce qu'il était avant le Brexit, ce qui signifie que les différentes périodes de cotisation au Royaume-Uni et dans l'UE seront utilisées pour calculer la pension finale.

À titre de mesure transitoire par rapport à la situation qui existait avant l'entrée en vigueur du présent accord, les règles suivantes en ce qui concerne la législation applicable s'appliquent entre les États membres:

  • une personne qui exerce une activité salariée dans un État pour un employeur qui y exerce normalement ses activités et qui est envoyée par cet employeur dans un autre État pour 1169 effectuer un travail pour le compte de cet employeur reste soumise à la législation de le premier État, à condition que:
  • la durée de ces travaux ne dépasse pas 24 mois
  • cette personne n'est pas envoyée pour remplacer un autre travailleur détaché.
  • une personne qui exerce normalement une activité d'indépendant dans un État et qui va exercer une activité similaire dans un autre État reste soumise à la législation du premier État, à condition que la durée prévue de cette activité ne dépasse pas 24mois.

Exemple Royaume-Uni / France

La France fait partie de l'UE alors que le Royaume-Uni ne l'est plus. Les deux pays ont présenté les points clés du règlement sur le traitement des retraites:

  • Selon le site Internet du gouvernement britannique, les ressortissants britanniques qui s'installent dans l'UE, l'EEE ou la Suisse peuvent continuer à percevoir une pension d'État britannique, qui sera réévaluée chaque année en conformité avec le taux payé au Royaume-Uni. Les cotisations de sécurité sociale versées dans les pays de l'UE sont également prises en compte pour remplir les conditions d'éligibilité à une pension d'État britannique. Les règles de la pension d'État s'appliquent à tous, quelle que soit sa nationalité. Les personnes qui décident de continuer à travailler après avoir atteint l'âge de la retraite public n'auront plus à payer d'assurance nationale. Les citoyens irlandais vivant au Royaume-Uni pourront également continuer de recevoir (ou demander) les prestations britanniques et continueront également de recevoir les prestations irlandaises auxquelles ils ont droit.
  • Sur le site Internet du gouvernement français (des règles similaires s'appliquent à tous les États membres de l'UE), les réglementations post-Brexit concernant les retraites sont à peu près les mêmes : pour les citoyens français qui sont revenus au Royaume-Uni avant le 31 décembre 2020, le droit à la retraite sera être calculé sur la base des mêmes règles que celles qui s'appliquaient auparavant, conformément à l'accord. Les règles de coordination de la sécurité sociale prévues par la réglementation de l'UE resteront applicables par la France et le Royaume-Uni quelle que soit la date de règlement de la pension. Les dispositions de l'accord de commerce et de coopération UE-Royaume-Uni, qui s'appliquent à compter du 1er janvier 2021, permettent que les périodes d'emploi en France et au Royaume-Uni soient comptabilisées dans les droits à pension français et britanniques. Dans le cas où la situation du citoyen reste identique, la couverture d'assurance maladie et les conditions d'assurance ne changent pas.

Les règles de l'UE sur la coordination des systèmes de sécurité sociale continuent de s'appliquer après le 31 décembre 2020. Les règles seront maintenues, ce qui signifie que - si quelqu'un reçoit une pension d'un État et réside sur le territoire d'un autre État - son assurance maladie sera couverte par l'État qui paie la pension. Ainsi les frais de santé en France continueront d'être pris en charge par la sécurité sociale française pour le compte du Royaume-Uni.

Points clés de l'accord sur les retraites

Le principe des périodes de cotisation supplémentaires lors de l'octroi des droits à pension est le même dans toute l'UE. Cependant, si certains salariés ont payé leurs cotisations dans deux pays en même temps, ils bénéficieront de la capitalisation des cotisations lors du calcul de la pension.

Voici les points clés présentés dans l'Accord:

  • Les personnes qui déménagent entre le Royaume-Uni et l'UE verront leur position protégées en ce qui concerne certaines prestations importantes de sécurité sociale.
  • Les particuliers pourront avoir accès à une gamme de prestations de sécurité sociale, y compris une couverture maladie réciproque et une pension d'Etat majorée.
  • Les travailleurs frontaliers et leurs employeurs ne sont tenus de payer les cotisations de sécurité sociale que dans un seul État à la fois. Généralement, ce sera dans le pays où le travail est entrepris, que le travailleur réside dans l'UE ou au Royaume-Uni, et même si l'employeur est basé dans l'UE ou au Royaume-Uni.
  • Les travailleurs britanniques qui sont envoyés par leur employeur pour travailler temporairement dans un État membre de l'UE qui a accepté d'appliquer les règles du «travailleur détaché» resteront tenus de ne payer des cotisations de sécurité sociale au Royaume-Uni que pour la période de travail dans cet État membre de l'UE. De même, si un travailleur de l'UE est envoyé par son employeur pour travailler temporairement au Royaume-Uni à partir d'un État membre qui a accepté d'appliquer les règles du «travailleur détaché», il restera tenu de ne payer des cotisations que dans cet État membre de l'UE.
  • Le Royaume-Uni et les États membres de l’UE pourront prendre en compte les cotisations pertinentes versées dans leurs systèmes de sécurité sociale respectifs (ou les périodes pertinentes de travail ou de résidence) par les particuliers pour déterminer le droit à une pension d’État et à une gamme de prestations. Cela offrira un bon niveau de protection aux personnes travaillant au Royaume-Uni et dans les États membres de l'UE. Le protocole prévoit également le relèvement de la pension d'État britannique versée aux retraités qui prennent leur retraite dans l'UE.
  • En matière de soins de santé, les citoyens du Royaume-Uni et de l'UE auront droit à une couverture santé réciproque. Cela inclut certaines catégories de travailleurs frontaliers et de retraités de l'État qui prennent leur retraite au Royaume-Uni ou dans l'UE.
  • Le protocole garantira que les soins de santé nécessaires - semblables à ceux fournis par le régime de la carte européenne d'assurance maladie (CEAM) - se poursuivent. Cela signifie que les personnes qui séjournent temporairement dans un autre pays verront leurs besoins en matière de soins de santé satisfaits pendant la durée de leur séjour.
  • Le protocole protège également la capacité des individus à demander l'autorisation de recevoir un traitement médical prévu au Royaume-Uni ou dans l'UE, financé par leur État responsable.

Les expatriés pourraient rencontrer des difficultés pour recevoir leur argent lorsque les banques ferment leur compte

À la suite du Brexit, certaines banques ont décidé de fermer les comptes bancaires des ressortissants britanniques, ce qui pourrait créer des problèmes pour les retraités britanniques vivant dans d'autres pays.

Selon Which?, plusieurs banques britanniques clôturent les comptes bancaires des expatriés britanniques vivant actuellement dans les pays de l'UE. "Au moins 13 000 clients particuliers et commerciaux du Lloyds Banking Group [y compris Bank of Scotland, Halifax et Lloyds Bank] ont déjà reçu des lettres pour annoncer que leurs comptes bancaires et de carte de crédit seront fermés." De même, Nationwide a clôturé les comptes de 5 000 clients résidant aux Pays-Bas et en Italie à la fin de 2020.

Les banques de l'UE bénéficient d'un accord de "passeport" financier. Cela signifie que les banques peuvent opérer et fournir des services aux clients dans tous les États de l'UE. Cependant, aucun accord n'a été conclu sur les services financiers et le Brexit signifie donc que les banques britanniques perdent leur droit de fournir des services dans toute l'UE (ce qui s'étend aussi à l'EEE). L'impact sur les Britanniques à l'étranger dépend du modèle opérationnel de leur banque ou de leur fournisseur, car certains d'entre eux peuvent encore fournir des services bancaires : par exemple, HSBC a une filiale à Paris et donc une licence pour opérer dans l'UE. Pour les autres institutions financières, elles doivent négocier des accords spécifiques entre les pays pour fonctionner, ce qui peut prendre du temps.

Sans les services bancaires basés au Royaume-Uni, les expatriés devront donc ouvrir des comptes localement et s'ils perçoivent une pension britannique, ils pourraient devoir payer des frais supplémentaires pour recevoir l'argent. Des services en ligne alternatifs tels que Transferwise ou Revolut (dont le siège est à Londres, mais qui peut encore fonctionner à la fois au Royaume-Uni et dans l'UE grâce à une entité basée en Pologne) pourraient également être des solutions alternatives.


Partagez votre expérience, participez à la discussion et laissez des commentaires sur notre forum ICI.

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest WhatsApp Addthis

Rubrique:
Argent

Auteur: Oana Tamas
I am passionate about life. Nature, people, art and everything that is making its magic on this beautiful planet, is worth our attention. I believe that communication is the key of life and wellbeing.
Outils:


Pour les autres discussions, avis, questions, opinions, rencontres, etc...: merci d'utiliser le forum.


Plus d'articles