Panorama de Édimbourg


Histoire de Édimbourg


Accueil > Guides d'expat > Europe > Royaume-Uni > Édimbourg
Outils:

Ecosse

Les débuts de l'histoire de l'Ecosse sont quelque peu troubles, les glaciations successives ayant anéanti les traces de vie humaine les plus anciennes. Les premiers groupes humains qui vivaient de la chasse et de la cueillette seraient arrivés en Ecosse il y a environ 12800 ans. On a trouvé près de Perth une tombe datant de plus de 4000 ans, autre témoignage de l'importance grandissante de l'homme sur les terres écossaises à cette époque. Perth était au 8ème et 9ème siècle avant JC capitale du Royaume Picte et les trésors funéraires découverts à Forteviotis sont d'une valeur inégalée en Grande-Bretagne. L'Ecosse a profité sur le tard de l'Âge de Bronze du commerce maritime alors appelé Âge de Bronze de l'Atlantique, qui se jouait entre les nations celtes parmi lesquelles l'Angleterre, la France, l'Espagne et le Portugal.

Les premiers habitants du pays vivaient de l'agriculture et de la pêche et se réunissaient en petites communautés principalement rurales, et ce jusqu'à l'arrivée des Romains en 55 avant JC. Sous le commandement de Jules César, les Romains mirent la main sur l'Angleterre et le Pays de Galles, qu'ils annexèrent à l’Empire sous le nom de Britannia. Les calédoniens résistèrent quant à eux et attaquèrent les camps romains. Une nuit, une attaque surprise leur permit même de quasiment démanteler la 9ème Légion sauvée de justesse par l'arrivée de la Cavalerie du général Gnaeus Julius Agricola (83-84 après JC). Calgacus, le chef des Calédoniens, s'adressa alors à son peuple, le qualifiant de "dernier peuple libre". Malgré le revers essuyé, le peuple put en effet à nouveau jouir de la majorité de ses terres après seulement trois ans d'occupation. Les Romains n'occupèrent après cette période que la partie méridionale des Uplands où ils établirent le mur d'Hadrien afin de contrôler les différents groupes ennemis. Limes Britannicus fut établie comme frontière septentrionale de l'Empire. L'influence de cette période est encore visible en Ecosse malgré une période d'occupation relativement courte, ne dépassant pas les 40 ans dans la partie nord du pays.

Le retrait total des armées romaines n'eut cependant lieu qu'en l'an 411. La Grande-Bretagne connut alors des périodes relativement noires, d'invasions et d'attaques successives. L'Ecosse fut relativement épargnée, à l'inverse de ses voisins directs plus au Sud. Des guerres fratricides eurent cependant lieu avec l'Angleterre, puis plus tard les Vikings. Les îles Shetland portent d'ailleurs toujours l'empreinte de l'identité culturelle viking.

Les batailles contre les Anglais occupent une part importante de l'histoire de l'Ecosse. Les attaques, escarmouches, combats se sont en effet succédés au cours des âges. En 1502, Jacques VI signa le Traité de Paix Inaliénable avec Henry VII d'Angleterre, afin de mettre un terme à ces querelles incessantes. Il épousa même la fille du roi Henry, Margaret Tudor. Jacques VI entreprit tout de même d'envahir l'Angleterre, aidé au Sud par la France dans le respect des engagements de l'Ancienne Alliance. Il fut le dernier monarque britannique à mourir au combat.

Le traité d'Edimbourg vint mettre fin à l'Ancienne Alliance dont la durée de vie fut plutôt éphémère. La France accepta de se retirer d'Angleterre en 1560. A la même période, le réformateur John Knox parvint à convaincre le parlement écossais de se défaire de l'autorité du Pape si bien que Mary, Reine d'Ecosse catholique et ancienne Reine de France, dut abdiquer en 1567. Il s'en suivit l'Union des Couronnes du Royaume en 1603 lorsque le Roi d'Ecosse, Jacques VI hérita du trône d'Angleterre à la mort de la Reine Elizabeth I. En 1707, on assista à l'union des Parlements d'Ecosse et d'Angleterre et ainsi à la création de la Grande-Bretagne.

Comme dans le reste de l'Europe, le 18ème siècle, siècle des Lumières, fut une période de fort développement culturel et industriel en Ecosse. Glasgow devint un important port commercial et fut déclaré "deuxième ville" de l'Empire Britannique de manière cependant non-officielle. Bon nombre des universités écossaises furent fondées à cette époque, on assista à l'invention de la télévision, du téléphone et à la découverte de la pénicilline. Voltaire, figure marquante des Lumières, déclara même "C'est vers l'Ecosse que nous regardons pour forger nos idées d'un monde nouveau."

Les dernières guerres civiles britanniques eurent lieu à cette période. Les Stuart, Jacobites évincés du trône, restèrent populaires dans les Highlands. Des soulèvements jacobites prirent place en 1715 et 1745 sans pour autant parvenir à leurs fins : l'éviction des la Maison d'Hanovre du trône britannique. La Bataille de Culloden mit un terme aux ambitions jacobites et marqua le début d'une nouvelle ère politique. L'historien Neil Davidson indique qu' "après 1746, la vie politique écossaise commença à se développer, tant dans qu'en dehors du pays."

L'Ecosse joua un rôle important dans l'effort de guerre britannique au cours de la Première Guerre Mondiale avec notamment Field Marshal Sir Douglas Haig au poste de commandant des armées britanniques du Front Ouest. En plus d'apporter des combattants supplémentaires aux forces alliées, l'Ecosse fournit des navires, de l'artillerie lourde, du poisson et des fonds. L'industrie navale tourna à plein régime pendant toute la guerre, allant jusqu'à augmenter sa productivité d'un tiers pour répondre aux besoins grandissants des armées avant de sombrer dans une crise importante en 1922. Le pays comptait 4,8 millions d'habitants en 1911 : plus de 690000 hommes furent envoyés au combat parmi lesquels 74000 perdirent la vie.

Après la guerre, une période de stagnation accompagnée d'un fort taux de chômage vint miner l'économie du pays et par là-même le moral de la population. Les jeunes écossais émigrèrent en masse. Le fait que l'économie du pays repose principalement sur l'industrie minière et sidérurgique apparut pour la première fois comme un problème important. Le pays ne retrouva la croissance que lorsqu'éclata la Seconde Guerre Mondiale. Les forces aériennes de la Luftwaffe bombardèrent le pays provoquant des dégâts non-négligeables qui entraînèrent l'invention du radar par Robert Watson-Watt.

A la fin de la guerre, l'Ecosse se retrouva cependant en position de faiblesse, ne pouvant répondre à la concurrence des nouveaux entrants du marché qui aurait demandé une réforme totale de son industrie. Le pays commença alors à développer des industries nouvelles de services financiers, de conception de matériaux électroniques, d'extraction de pétrole et de gaz naturel dans la Mer du Nord, clés d'un renouveau économique attendu et nécessaire. En 1989, le gouvernement de Margaret Thatcher mis en place la Community Charge (plus connue sous le nom de Poll Tax, un impôt forfaitaire par tête jugé très inégal et ayant entraîné la chute de la Dame de Fer). Le Parlement et le gouvernement écossais furent établis par le Scotland Act passé par le Parlement du Royaume-Uni en 1998.

Au cours du 20ème siècle, le pays a progressivement pu jouir d'une plus grande indépendance par rapport à Londres. Jamais au cours des âges l'Ecosse n'a abandonné son identité, perdu sa créativité et son esprit inventif ou renié ses traditions. Le pays a su s'adapter aux changements, adoptant des politiques environnementales responsables, continuant de veiller au développement de son économie dans des voies novatrices. Comme l'Irlande, le pays a subi des vagues d'émigration massives. On se réfère ainsi parfois aux émigrés écossais sous le nom de "meilleur produit d'export d'Ecosse", ces calédoniens qui s'appliquent à faire vivre la fierté écossaise et à faire briller leur terre d'origine aux quatre coins du monde. L'Ecosse d'aujourd'hui abrite de nouveaux écossais, venus du monde entier à la recherche d'une vie meilleure et d'un emploi dans un pays encore dynamique. L'esprit nationaliste n'a jamais été aussi fort et les appels à l'indépendance ne cessent de résonner dans le pays.

Edimbourg

La ville est aujourd'hui parfois appelée "l'Athènes du Nord", autrefois "Dun Eideann", traduction gaëlique de "Fort of Eidyn". Le terme Din Eidyn apparut pour la première fois dans "Y Gododdin", un poème de la deuxième partie du 13ème siècle. Dans les années 1170, le roi Guillaume le Lion se faisait appeler "Edenesburch", un nom ensuite dérivé en Edimbourg, qui donnera son nom à la ville.

Les premières traces de communautés humaines remontent à l'Âge de Bronze et l'on trouve des influences des cultures celtes d'Europe Centrale comme Hallstatt et La Tene. L'influence de l'invasion et l'occupation romaines au cours du premier millénaire est également évidente notamment si l'on observe la manière dont la ville s'est construite. Malgré leur victoire devant Calgacus en 84, les Romains ne parvinrent pas à poser leur joug sur la Calédonie. Les Ecossais s'emparèrent ainsi à nouveau de leur ville en 950 devant Indulf, fils de Constantin. Le suffixe "burgh" porte quant à lui la marque de l'envahisseur allemand.

Dès le 12ème siècle, Edimbourg était une ville développé, protégé par son château trônant sur un imposant rocher. En 1603, le roi Jacques VI partit pour Londres lorsqu'il prit la succession des trônes d'Angleterre et d'Irlande. Il ne revint qu'une fois à Edimbourg.

Au 17ème siècle, on érigea un mur de fortification autour de la ville afin de la protéger d'une invasion anglaise. La ville continua alors de se développer, mais au lieu de s'étendre en largeur, c'est dans la verticalité que la solution fut trouvée. En sous-sol comme dans les airs, de nouvelles bâtisses furent construites afin de répondre aux besoins de la ville et de ses habitants.

Lors du soulèvement jacobite de 1745, la ville fut brièvement occupée. Il s'en suivit une série de représailles à l'encontre des catholiques des Highlands. Les monarques de Hanovre cherchèrent à gagner les faveurs du peuple en lançant l'extension de la ville au Nord du château et en nommant les rues alentours en l’honneur du roi et de la famille royale : George Street, Frederick Street, Hanover Street and Princes Street, notamment en l'honneur du roi George III et de ses deux fils.

Edimbourg fut le centre culturel écossais durant le siècle des Lumières. La ville était le point de rendez-vous de tous les intellectuels et créateurs du pays, dont bon nombre partirent répandre le nom de l'Ecosse et de ses habitants à travers le monde. L'élite intellectuelle écossaise se révéla être l'un des groupes leader de la pensée intellectuelle en Grande-Bretagne et dans toute l'Europe.

Depuis 1995, plusieurs parties de la ville d'Edimbourg sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. En 2004, Edimbourg devint le tout premier représentant du projet "Villes Créatives" lancé par l'UNESCO. Dans un sondage paru en 2009, la ville fut élue ville la plus agréable à vivre du Royaume-Uni.

Mise à jour 17/08/2011

Articles liés :

Outils:

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest Addthis

Services Partenaires

Déménagements internationaux

Lorsque vous vous installez à l’étranger vous allez au devant d’un grand changement. Vous avez un million de choses à penser et encore plus à gérer ! Nous vous proposons de sélectionner un petit nombre d’entreprises de qualité pour vous : cela peut vous aider à faire votre choix en toute sérénité.

Les entreprises de notre réseau de déménagement international sont à même de déplacer vos meubles et biens à Édimbourg et partout dans le monde.

Remplissez le formulaire ci-dessous et recevez jusqu'à 5 devis de diverses entreprises de déménagement. Ce service gratuit vous aidera à choisir l’entreprise qui convient le mieux à vos besoins et à votre budget.



Avez-vous des commentaires personnels ou des informations à apporter à cet article ? Ajoutez votre commentaire.


Allez sur le Forum pour discuter de histoire de Édimbourg, panorama.


Retrouvez plus de définitions et des réponses sur vos questions générales sur l'expatriation dans nos FAQ d'expat (Foire Aux Questions).